Les seniors célébrités, une nouvelle stratégie?

 

Jerry HALL pour Chanel


Jerry Hall devient la nouvelle égérie de la campagne 2009 de Chanel pour ses sacs à mains.
Pour cette campagne, Jerry HALL 52 ans et ex femme de Mick JAGGER prendra la pose en compagnie du jeune top modèle Baptiste Giabiconi  dans une mise en scène inspirée du roman Chéri de Colette qui relate une histoire d’amour entre un jeune homme (Fred Peloux) et une femme de vingt ans son aîné (Léa de Lonval).

 

Sean CONNERY pour Louis VUITTON

Sean Connery l’un des ex agent 007 est la nouvelle égérie de la campagne institutionnelle de Louis Vuitton pour le sac Keepal en version waterproof.

Sous l’objectif d’Anne Leibovitz, Sean Connery prend la pose sur une plage proche de sa maison des Bahamas (le veinard).

Suite à cette révélation, le directeur de la communication, Antoine Arnault déclare « nous somme fiers qu’un acteur d’une telle stature ait accepté de participer à la campagne fondée sur les valeurs originelle de Louis Vuitton »

Ces 2 nouvelles campagnes illustrent bien le fait que les marques de luxe hésitent de moins en moins à mettre en scène des  séniors (52 et 78 ans) pour vanter les mérites de leur produits.

Nous pouvons d’ailleurs dis qu’ils ont raison, puisque de plus en plus des 50-60 ans ne se retrouvent plus du tout dans les publicités actuelles et par conséquent ne se sentent plus visés par les produits proposés. Or même si tous les séniors ne sont pas riches, les plus de 50 ans représentent tout de même une clientèle importante dans le domaine du luxe ! 

source : http://com-emaj.over-blog.com/pages/Les_seniors_une_nouvelle_strategie_-1097971.html

Publicités

Le logement des européens des 50 ans et plus

Graphiques

Graphique 1 : Proportion de seniors européens vivant dans une maison selon l’âge

Graphique 1 - Proportion de seniors européens vivant dans une maison selon l'âge    Lecture : les pays ont été classés par ordre croissant de la proportion de seniors vivant dans une maison. Ainsi, en République tchèque, 33 % des seniors vivent dans une maison, et 88 % en Belgique (92  % des 50-59 ans, 89  % des 60-69 ans, 86  % des 70-79 ans et 78  % des 80 ans et plus).

Lecture : les pays ont été classés par ordre décroissant selon la proportion de seniors vivant dans une maison. Ainsi, en Belgique, 88% des seniors ayant au moins 50 ans vivent dans une maison (92 % des 50-59 ans, 89 % des 60-69 ans, 86 % des 70-79 ans et 78 % des 80 ans et plus). En République Tchèque, 33 % des seniors habitent dans une maison.

Source : enquête SHARE 2006

Graphique 2 : Nombre moyen de pièces par personne selon l’âge

Graphique 2 - Nombre moyen de pièces par personne selon l'âge    Lecture : en Belgique, les personnes de 80 ans et plus disposent de 3,2 pièces contre 1,2 pièce en Pologne.

Source : enquête SHARE 2006.

Graphique 3 : Distance qui sépare les seniors de leurs enfants

Graphique 3 - Distance qui sépare les seniors de leurs enfants    Lecture : en France, 24 % des seniors ont un enfant qui réside avec eux, 2 % ont un enfant qui habite dans un autre logement du même bâtiment et 23 % en ont un qui demeure à moins de 5 km.

Source : enquête SHARE 2006.

Graphique 4 : Logements équipés pour faire face au handicap

Graphique 4 - Logements équipés pour faire face au handicap    Source : enquête SHARE 2006.

Graphique 5 : Seniors propriétaires de leur résidence principale

Graphique 5 - Seniors propriétaires de leur résidence principale    Source : enquête SHARE 2006.

Graphique 6 : Ancienneté de l’occupation du logement selon l’âge

Graphique 6 - Ancienneté de l'occupation du logement selon l'âge    Lecture : en Suède, les seniors occupent leur logement depuis 19 ans en moyenne contre 32 ans en Autriche et en Pologne.

Source : enquête SHARE 2006.

source : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1238&page=graph

Les leviers du marketing direct pour séduire des seniors

Les seniors sont des consommateurs avertis et possèdent un fort pouvoir d’achat. Pour les séduire, le marketing direct doit respecter certaines règles. Les explications de Benoît Goblot, directeur général de Senioragency.

1968 : sous les pavés la plage.

2007 : sur la plage les happy-boomers de mai 68 !

La révolution annoncée se produit sous nos yeux sans que les acteurs du marketing s’y soient préparés. En effet, les seniors constituent l’avenir pour toutes les marques puisqu’ils représentent un tiers des Français, disposent de 45 % du pouvoir d’achat et forment de 35 à 55 % des bataillons de consommateurs. Le marketing direct est l’arme rêvée pour toucher cette cible : relation intime, discrétion assurée, efficacité garantie.


Les idées reçues à dépasser

Aujourd’hui, 800.000 personnes franchissent le cap des 60 ans chaque année et ceci va durer 30 ans ! Une aubaine pour les professionnels du marketing sous réserve de ranger au fond de leurs poches les clichés éculés.

1ère idée reçue : les seniors sont rétifs aux innovations

Faux : les I-pod, écrans plasma ou tables à induction sont détenus à plus de 55 % par les seniors. Les happy-boomers ont le plus fort taux d’équipement informatique, de connexion Internet, passent plus de temps que tous les autres sur Internet (2h20 chaque jour) et sont surtout les premiers cyber-acheteurs de tous les marchés.

2ème idée reçue : un client jeune a un potentiel de consommation plus important qu’un aîné

Faux : le pouvoir d’achat d’un plus de 50 ans est de 30 % supérieur à celui d’un moins de 50 ans.

3ème idée reçue : les seniors sont fidèles à une marque

Faux : c’est confondre fidélité et habitude. En effet, 75 % des seniors s’affirment ouverts à l’idée de changer si on leur propose réellement mieux ailleurs.

4ème idée reçue : les seniors sont déjà équipés, ils ne vont pas racheter

Faux : pour aider leurs enfants à s’installer ou rendre leur vie confortable, ils se ruent dans les points de vente, sur Internet, dans les catalogues de VPC : voiture, électroménager, mobilier, literie…

Le marketing a été créé après la seconde guerre mondiale et s’est concentré sur les jeunes. Il faut aujourd’hui une véritable révolution intellectuelle pour inverser les modes de raisonnement archaïques et voir que les seniors représentent le bel avenir des marques. Ils se tournent naturellement vers les marques qui pensent à eux en développant des produits adaptés et des communications idoines. La sélection naturelle se fera entre les marques qui relèvent ce défi et celles qui l’ignorent. Un bel avenir s’ouvre aux marques qui pensent « senior ».

 

Quatre populations distinctes de seniors

Avant tout, il faut déterminer à quel type de senior l’entreprise s’adresse. Nous utilisons communément sept critères : l’âge, la génération, l’activité, le temps disponible l’argent, la santé, le sexe. L’âge doit être privilégié car c’est le critère le plus facilement utilisable dans tous les médias du marketing direct.

Les happy-boomers (50 – 60 ans) : 8.000.000 consommateurs. Nés après guerre, ils sont les enfants de la société de consommation et de l’innovation. Ils ne ressemblent en rien à leurs aînés.

Les libérés (60 – 75ans) : 7.700.000 consommateurs. Enfants de la Libération, ils sont aujourd’hui à la retraite. Libérés de toute contrainte, ils en profitent pour réaliser tout ce qu’ils n’ont pu faire auparavant et qu’ont fait les happy-boomers à 20 ans comme les voyages, les loisirs, etc.

Les paisibles (75 – 85 ans) : 3.800.000 consommateurs. Les vrais seniors qui consomment des produits de seniors.

Les TGV (85 et +) : 1.100.000 Très Grands Vieillards. Leur consommation est réalisée par leurs enfants « happy-boomers » et « libérés »

Mais n’oubliez jamais que le terme senior est relatif : pour un fabricant de soda, un client est senior à 30 ans !

Pourquoi le marketing direct est il efficace auprès des seniors ?

Tout d’abord, les seniors forment la génération de l’écrit (aujourd’hui, nous sommes passés à celle de l’image). Ils ont reçu une éducation fortement littéraire. Ils ont grandi avant l’explosion de la télévision, dont la deuxième chaîne arrive seulement en 1972 et les programmes ne démarrent qu’à 19 heures.  Pour eux, seul l’écrit permet l’argumentation. En outre, ils ont tout le temps de lire, se documenter, comparer… et faire leur choix.

Et puis, n’oublions pas qu’on se trouve face à un client potentiel expérimenté, rationnel, avide d’informations qui devient prudent avec chaque année qui passe (si vous démarrez dans le marketing direct, cela fait 30, 40 ou 50 ans qu’il reçoit des mailings dans sa boîte aux lettres). L’écriture de type marketing direct permet de développer les arguments, de montrer les plus produits et les détails. En marketing direct auprès des seniors, pas de concepts, du concret. « Vous me dîtes que votre produit est le meilleur, prouvez le ! ». Enfin, ils apprécient le marketing direct car ils gardent la maîtrise du processus décisionnel.


Les médias à privilégier

Les seniors ont du temps et ils sont donc les premiers consommateurs de tous les médias.

La télévision : audience, notoriété, crédibilité, efficacité

La télévision est le premier média pour le marketing direct à la condition expresse de leur délivrer l’information utile dans un message simple et concret comme le ferait un bon mailing. Elle touche 98 % des seniors dont 94 % la regardent tous les jours entre 4h13 et 4h46 et ce dès le matin tôt. Vous bénéficiez d’écrans bon marché. Vous pouvez ainsi développer votre message entre 30 secondes et 1 minute. Téléphone, site Internet et adresse réponse sont mémorisables pour une efficacité maximale.

Internet : média de la modernité et de l’immédiateté

Les seniors trouvent sur Internet les informations complémentaires sur un produit ou service aperçu en presse ou en télévision. Les scores d’impact, de notoriété et d’incitation à l’achat font un grand bon en avant grâce à ce média. A condition de faire un site d’information véritablement conçu pour des seniors.

Presse : des médias ciblés et dédiés

Idéal pour toucher notre cible. Il suffit de regarder les journaux : avec du rédactionnel, le lectorat a un âge moyen supérieur à 45 ans ; avec des images, la moyenne passe à 25 ans. Certaines revues se sont spécialisées sur ces cibles. Malgré leur tirage impressionnant, elles n’arriveront jamais à séduire les happy-boomers, car elles ne font pas partie de leur génération.

Mailings : ciblé, complet et précis

C’est le média idéal pour développer ses arguments et accomplir l’acte de vente. Auprès des seniors, vos scores vont retrouver des sommets.

Comment réussir sa stratégie de marketing direct auprès des seniors ?

Il serait vain et prétentieux de réduire cette cible, si nombreuse, si diverse et si riche d’expériences à quelques clichés sur les seniors.

1ère règle : racontez leur une histoire. Ne faites pas d’une longue histoire un résumé en trois points contrairement au marketing direct pour les jeunes.

2ème règle : laissez leur le temps ! Ils ont toute la vie devant eux pour s’informer, comparer, négocier et acheter.

3ème règle : testez, testez, testez. Ils ont tout vu, tout lu, tout entendu. Vous n’allez pas trouver tout de suite la solution miracle.

4ème règle : visez le zéro défaut. Ils sont curieux de tout et sauront détecter toutes les erreurs : orthographe, grammaire, qui feront naître un doute sur la qualité de votre offre.

5ème règle : essayez un instant de vous mettre à leur place et demandez vous quelle offre aimeriez-vous que l’on vous fasse.

Le marketing direct présente un avantage certain lorsqu’on vise les seniors : avec eux on construit sur du roc. Lorsqu’ils sont satisfaits, ils restent fidèles et vous avez une durée de vie de consommation avec eux largement supérieure à celle des jeunes qui zappent d’une marque à l’autre en fouillant le fonds de leurs poches désespérément vides.

source : http://www.journaldunet.com/management/expert/18250/les-leviers-du-marketing-direct-pour-seduire-des-seniors.shtml

Etudes quantitatives sur le marché des Seniors

Le cœur de Senior Strategic en France est le conseil en stratégie et marketing et notamment la réalisation d’études quantitatives sur le marché des Seniors.

Le marché des plus de 50 ans est reconnu unanimement par les acteurs du secteur comme étant complexe. Il nécessite une grande expertise tant sur  » l’Histoire  » des Seniors pour intégrer l’ensemble des éléments importants, que sur les effets du vieillissement physiologique et psychologique. Ces critères sont d’autant plus importants qu’ils sont à prendre en compte dans l’organisation d’études quantitatives.

Senior Strategic s’appuie sur les facteurs explicatifs d’achat plutôt qu’uniquement sur les réponses obtenues en déclaratif. Ces dernières aboutissent souvent à une sur-estimation d’un marché potentiel

Senior Strategic mène régulièrement des études quantitatives sur le marché des Seniors en France et dans d’autres pays avec son réseau international. Ces études sont menées en collaboration avec des grands instituts en France et à l’étrangers.

Exemples d’études menées : questionnaires de 150 questions prédictives auprès de 3000 Seniors et Baby boomers pour définir leur consommation de demain, secteurs tourisme, banque et grande consommation. Etude quantitative dans 14 pays au Monde auprès des Boomers.

Pour un expert du marché des Seniors vs une agence généraliste d’études ?
Le marché des Seniors est complexe et demande une grande expertise. Réaliser une étude quantitative sur les 50 ans et plus demande une expertise pour la réalisation des questionnaires et surtout pour l’analyse. De nombreuses études quantitatives sont correctement réalisées mais les conclusions sont erronées. Avec Senior Strategic, vous avez l’assurance d’une expertise réelle sur le marché des Seniors.

Vous avez choisi une grande société d’opinion (Ipsos, Sofres, LH2…) et voulez une expertise sur les Seniors en plus pour une étude ? 
Senior Strategic est régulièrement demandé par des clients pour les assister sur des études quantitatives réalisées par des grands instituts. (Ces clients ont souvent des contrats annuels avec ces instituts). Sous certaines conditions, nous acceptons de les asssister notamment pour la phase de l’analyse.

Vous dirigez un institut d’études (ou société de conseil) et voulez une compétence sur les Seniors en plus ? 
Vous dirigez un institut d’études et avez à répondre à un appel d’offre sur les Seniors ? Une expertise sur les Seniors serait un plus pour être sélectionné ? Senior Strategic peut être votre partenaire* et ainsi vous bénéficiez de notre crédibilité et expertise.

source : http://www.seniorstrategic.fr/experts_baby_boomers_seniors/baby_boomers_etudes_quantitatives.php

Etude et marketing : projet seniors

ADOCS – présentation du projet, objectifs et calendrier

ADOCS signifie Amélioration De l’Offre Chaussures pour Seniors


Son logo représente un pied, dont les rainures rappellent, comme dans un tronc d’arbre, les années passant.

adocs_198px137pxl
 

 

 

 

 

Les objectifs

Susciter la volonté des chefs d’entreprise de mieux se positionner sur le marché seniors,
Inciter les entreprises à améliorer l’offre de produits et services pour répondre entièrement aux attentes et besoins des seniors

Les étapes du projet sur sa durée

1- l’analyse du comportement d’achat des seniors

Il s’agit d’une étape d’observation des seniors qui se déroule en 2 temps :

– de la vitrine à l’acte d’achat : observation de achats dans des magasins de détaillants

– de l’expression des attentes à la réalité du dressing : passage en revue des attentes des seniors en matière de chaussant, et confrontation à la réalité de leur placard

 

Calendrier : 1er semestre 2011

2- les outils de communication envers les différentes clientèles de seniors

– Comprendre les Motivations et Besoins de chaque Professionnel dans l’organisation et la mise en œuvre de leur communication
– Mesurer les attentes et les freins dans les opérations de communication d’une profession vis-à-vis de l’autre
– Apporter dans un kit de communication à l’usage des entreprises des réponses opérationnelles aux questions évoquées

 

Calendrier : 2e semestre 2011

 

3- la connaissance des pieds « seniors » et conséquences sur le développement de produits

– Phase 1 : Connaissance du volume du pied du senior
– Phase 2 : Conséquences du vieillissement sur le pied et la mobilité
– Phase 3 : Analyse des besoins en termes d’ergonomie
– Phase 4 : Attentes des seniors en terme de style et de tendance
– Synthèse : Agrégation de l’ensemble des résultats des phases précédentes avec un objectif de design universel

Cette phase coordonnée par CTC est réalisée grâce à plusieurs prestataires : CTC (phase 1),  l’UFR Saint Etienne (phase 2), Prodergo (phase 3), B2S (Phase 4), l’ARDI (phase 5, en collaboration avec l’ensemble des prestataires).

 

Calendrier : 2e semestre 2011 – 2013

 
* Entreprises partenaires : A. Bioteau, Boissy, Chaussures Maurice, Colonnier-Coiffard, Ets Delage, Fargeot, GEP, Javerflex, JB Martin, Laubuge, Mephisto, Pedi Girl, Plastigom, Samson, SN Chaussures Marco

 

 25 mai 2011

 

 

Projet Senior

Le projet présenté par la Fédération, « Les Seniors : un marché à notre pied« , a été retenu par le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi. En partenariat avec CTC et des spécialistes de la communication, la Fédération et 15 entreprises du secteur participeront directement à la mise en oeuvre de ce projet dès le début de l’année 2011.

L’objectif principal est de susciter la volonté des dirigeants d’entreprises de mieux se positionner sur le marché des seniors, et d’inciter les entreprises à s’engager dans une démarche destinée à proposer aux seniors des produits et services qui répondent à leurs attentes.

Trois grandes phases composent ce projet :

  • Phase 1 : l’analyse du comportement d’achat des seniors. Définition des segments de clientèle, observation du processus d’achat, attentes de la clientèle au niveau de la distribution, des produits, etc.
  • Phase 2 : la connaissance des pieds « seniors », et les conséquences sur le développement de produit. Volume du pied, vieillissement du pied et mobilité, analyse des besoins en termes d’ergonomie, attente des seniors en termes de style et tendances, critères de différenciation, etc.
  • Phase 3 : mise en place d’un accompagnement des entreprises pour la mise en place d’un plan  marketingadapté aux seniors. 

le 24 novembre 2010

Les Seniors : un marché de croissance pour l’entreprise

Le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi a organisé le 18 mai dernier un colloque sur « les seniors : un marché de croissance pour l’entreprise« . Les interventions d’ouverture de M. Patrick Robin, chef du service Industrie au sein du Ministère, et de Mme Bera, Secrétaire d’Etat aux Aînés, ont qualifié ce marché « d’économie de la longévité et du bien-être ». Pourtant, la société française valorise plutôt la jeunesse, pour des raisons culturelles, et s’intéresse relativement peu aux plus âgés.
Première intervention de la matinée, le Crédoc a présenté les résultats de son étude auprès de cette cible : « les Seniors, une cible délaissée« . L’objectif de cette étude est d’identifier et de quantifier les marchés de biens de consommation et de services possédant un fort potentiel de croissance sur ce segment, et définir les améliorations à apporter à l’offre existante à destination des seniors. Aujourd’hui, les seniors représentent plus de 23 millions de personnes, soit plus du tiers (36%) de la population française.
Pascale Hébel et Franck Lehuédé du Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie (CREDOC) ont dressé le constat suivant :

  • Les seniors assureront une majorité des dépenses sur la plupart des marchés en 2015. Aujourd’hui le poids des seniors dans la consommation des ménages est de 36%. A l’horizon 2050, il dépassera les 50%, soit bien plus que leur poids démographique (39%). Pour l’habillement au sens large, c’est-à-dire équipement de la personne, les dépenses des seniors représentent 40% du marché en 2005, et devraient atteindre 45% à l’horizon 2015.
  • Le niveau de vie des seniors est supérieur à ce qu’il était en 1984, et il reste en moyenne plus élevé que celui des moins de 50 ans. L’allongement prévisible de la durée des carrières, l’augmentation de la part des doubles retraites chez les couples âgés, et les revenus du patrimoine permettront de continuer à drainer des ressources vers les seniors.
  • Les seniors pourraient consommer beaucoup plus. Le taux d’épargne des seniors s’accroît avec l’âge. Il est en moyenne de 17%, contre seulement 1% pour les moins de 50 ans. La perte d’autonomie se traduit par des dépenses de consommation très faibles. Une partie non négligeable de leur épargne pourrait être consacrée à la consommation de produits et services mieux adaptés à leurs modes d’existence et à leurs capacités physiques.

Quatre profils de consommateurs peuvent être définis sur cette cible :

  • Les seniors actifs (36% des ménages seniors), avec au moins une personne du couple en activité. Leurs revenus et leurs niveaux de consommation sont les plus élevés parmi les quatre profils. Leur taux d’épargne est de 15%. Avec l’arrivée de la génération des baby-boomers en son sein, cette catégorie progresse fortement en nombre. L’habillement au sens large capte 7% du budget de ces ménages (contre 9% pour les moins de 50 ans).
  • Les jeunes retraités de moins de 70 ans (26%), affichent des niveaux de dépenses élevés par rapport à leur revenu (seulement 8% pour le taux d’épargne). Une fois passée à la retraite, cette catégorie a besoin de se reconstruire une identité en dehors de la dimension activité. Le poste habillement (6% des dépenses) se maintient à un taux proche de la catégorie précédente.
  • Les retraités âgés en couple (18%) ont des ressources financières relativement élevées et un niveau de dépenses de consommation relativement faible. Le taux d’épargne est en conséquence très élevé (28%). Cette cible s’intéresse peu à l’habillement (5% du budget), privilégiant les dépenses dans l’alimentation et le logement. Avec l’avancée en âge, l’usage des produits et services, s’ils ne sont pas adaptés à cette cible, se réduit sensiblement et les dépenses de consommation diminuent. Avec une offre adaptée, la consommation de ces ménages pourrait augmenter de 15 points si le taux d’épargne n’était que de 13%.
  • Les retraités âgés seuls (20%) sont moins à l’aise financièrement. Leur taux d’épargne reste élevé (25%) et ils dépensent nettement moins que les autres cibles au niveau des loisirs et de l’habillement (4% du budget).

 

 

 Les 4 cibles Seniors Ménages de
seniors actifs
Ménages de jeunes
retraités (- de 70 ans)
Retraités âgés
en couple
Retraités
âgés seuls
Age moyen 55 ans 63 ans 77 ans 79 ans
Revenu brut disponible 37.564€ 26.318€ 32.447€ 17.308€*
Taux d’épargne 15% 8% 28% 25%
Consommation
moyenne
31.919€ 24.213€ 23.334€ 13.054€*
Part du budget
habillement
7% 6% 5% 4%
 Budget Habillement
en € / ménage
 2.234€ 1.453€ 1.167€ 522€*

 

* 1 seule personne dans le ménage
Source : INSEE, Enquêtes budget des familles, 2006 – Calculs : Crédoc, FFC

Synthese Etude Marketing : Les seniors et la téléphonie mobile

Introduction
La segmentation consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèles) ayant des comportements homogènes à l’égard d’un service ou d’un produit.
Le segment des seniors est représenté par l’ensemble des personnes âgées de plus de 60ans. C’est une cible spécifique pour les acteurs du marché de la téléphonie mobile.
Quels sont les façons d’adapter les téléphones mobiles au segment des seniors utilisées par les producteurs ?
Nous analyserons dans la première partie l’équipement des seniors en téléphones mobiles sur le marché français, dans la second partie nous présenterons l’usage des téléphones mobiles pour seniors. Enfin dans la troisième partie nous analyserons les caractéristiques et critères d’achats des mobiles pour seniors.

I_ Le taux d’équipement des seniors en téléphone portable.

Sur le marché de la téléphonie mobile en France, la catégorie des seniors représente un taux d’équipement des plus en plus importants. Ce taux est en augmentation permanente car en 2004 il n’atteignais que les 50% et en 2008, celui-ci représente 58%. Les personnes âgées de plus de 60ans sont tout de même beaucoup moins équipées en téléphones mobiles que les 25-39ans car leur taux d’équipement représente 92.5%. Cependant, ce taux est en augmentation car en 2008, celui-ci représente 58%.

II_ Les attentes limitées des seniors en terme d’usage et de fonctionnalité du téléphone portable.

Les seniors s’équipent de plus en plus de téléphones portables, mais sont très vigilants quant aux fonctionnalités de leurs appareils. Selon une étude menée en 2008, seulement 1% des seniors sont intéressés par de nouvelles fonctions, nouvelles technologies. Les seniors attendent de leurs téléphones des fonctions de base, c’est-à-dire téléphoner/recevoir des appels ce qui représente 77.4% de l’utilisation et envoyer/recevoir des SMS (Short message service) ce qui représente 9.1% de l’utilisation du   mobile dans ce segment.

source : http://www.dissertationsgratuites.com/dissertations/Synthese-Etude-Marketing-Les-Seniors/316912.html